Jour J

 

11h : Agréable réveil, 10 minutes de tendresse avant le grand stress. On a rdv à 14h au Bota, il nous reste 3 heures pour les préparatifs « last-minute » et parcourir, sous la pluie, les 20km qui nous séparent de Liège.

14h : Arrivée au Botanique sous les flashes des paparazzis d’un jour. Beaucoup de monde, beaucoup d’émotion pour nous deux, à peine le temps de dire au revoir et déjà.. il nous faut partir!

Le train n’attend pas, et nous filons à la gare, nos familles nous suivant en voiture. Juste le temps d’acheter les billets vélo et de courir vers le train… « L’embarquement c’est 1’30 », pas plus! On ne chipote pas avec des vélos! », nous dit un controlleur! Un dernier signe d’adieu à nos proches… Ne vous inquiétez pas, we’ll be back soon!

18h30 : Et nous voilà à Ostende et il fait beau en plus! On se dirige vers la plage, un ciel sublime…

Mais, il nous manque quelque chose pour nous sentir vraiment en vacances… Ca vient sûrement du fait qu’on a pas encore mangé un bout en terrasse. On se met à flaner sur la digue à la recherche d’une brasserie… Sarah, en regardant un menu, réussit à renverser une bassine d’eau pour les chiens, ce qui attire l’attention d’un homme, intrigué par la vision de nos deux vélos surchargés.

C’est la première rencontre de notre voyage, il s’appelle Geert, aime l’aventure, et deux minutes plus tard, il décide qu’on dormira dans son jardin ce soir. Le voyage commence plutôt bien, pas vrai?… Après avoir pris son adresse, nous décidons de laisser tomber la brasserie et de nous contenter d’une bonne crèpe bien ostendaise! Une petite terrasse encore ensoleillée nous accueille gentiment d’une table vide. Nous commandons nos crèpes, et parlons de la journée. Sarah a le regard rivé sur le ciel où de gros nuages noirs apparaissent peu à peu à l’horizon, Jérôme, quant à lui, se contente de manger, insouciant comme à son habitude …

Puis…

Après cette dégustation bien arrosée (hum), nous démarrons en direction d’Oudenburg, un petit village où se trouve la maison de notre hôte du soir. Les indications qu’il nous a fournies (à part l’adresse bien sûr) sont assez imprécises. On sait qu’on doit rouler un certain temps, puis tourner à gauche, et chercher une « witte mazda », et que derrière la mazda blanche, on pourra planter notre tente.

On trouve 3/4h plus tard, mais Geert et son épouse Micheline ne sont pas encore rentrés. Son fils Jans est dans sa chambre, mais n’entend apparemment pas la sonnette de la porte d’entrée…

Jans entend enfin notre appel au secours, et nous propose de monter la tente à l’arrière du jardin.

23h : On se prépare à se coucher, et c’est à ce moment que Geert et Micheline rentrent chez eux. Ils nous invitent à boire un verre à l’intérieur, on discute un peu, et Geert commence à insister pour qu’on dorme à l’intérieur. Pas moyen de lui faire comprendre qu’on VEUT dormir dans la tente, qu’on a tout monté, que c’est notre première nuit etcc. Bref, il finit par nous laisser dormir dehors, mais à condition qu’on prenne une douche d’abord et qu’on mange le sandwich qu’il nous a préparé. Pourquoi tant d’hospitalité à notre égard me direz-vous? Un peu bourré, Geert a fini par tout nous avouer…. qu’il était lui aussi un grand aventurier, qu’il l’avait toujours été, mais que, malheureusement pour lui, sa femme préférait le luxe de l’hôtel à la simplicité de la tente…

Après 2 ou 3 cafés, nous finissons par retourner à notre tente. La nuit est fraîche, mais nous avons jumelé nos sacs de couchage… nous nous endormons épuisés, le sourire aux lèvres, et heureux de cette première journée.