Victoria – Vancouver

On doit avoir quitté l’hotel pour 11h, va falloir se grouiller, il est déjà 10h, et j’ai toujours la tête dans le cul. Me suis endormi vers les 4h, après avoir chatté pendant longtemps avec mère, frerot et soeurette.

On quitte notre chambre, et on laisse les bagages à la réception. Il faut qu’on rejoigne Vancouver ce soir, on hésite toujours sur la manière de la faire. On a 2 possibilités : soit, on prend le bus, comme c’était prévu, soit… l’hydravion. Bon ok, l’hydravion coute 100$ et le bus seulement 50$, mais point de vue avantages, il ne met que 20 minutes pour rejoindre le continent, contre 3 heures pour le bus. Autant dire que notre choix est vite fait, on passe au port réserver notre vol, et on se promène dans la ville en attendant l’heure du check-in.

Un petit mac do à midi, histoire d’avoir quand même un peu de merde dans le ventre, un coca au Days Inn, notre terrasse préférée, un dernier tour près des artistes et des cracheurs de feu, puis on prend les bagages, direction l’hydravion.

Papa stresse, son Wells Fargo va bientot lacher. Non seulement la tirette est décousue, mais en plus une des lanières de cuir est sur le point de craquer. Il a peur de pas arriver à Vancouver avec le sac entier. Du coup, il le pose sur la valise et tire les deux à lui tout seul, tout plaisir pour moi qui n’ai plus que mon tout léger sac à dos à trinqueballer.

On décolle pour Vancouver, le vol est absolument exceptionnel, un vrai régal pour les yeux. On ne regrette vraiment pas les 100$, on ne voudrait être dans ce Greyhound pour rien au monde.

Vers 18h, on est à Vancouver, sur le waterfront, et il fait beau. Je réserve une chambre au YWCA, et on marche jusqu’au skytrain avec nos valises. Deux arrêts plus loin, nous voilà devant l’hôtel.

La chambre est petite, le lit double étroit et la douche commune avec la chambre d’à côté, mais ça fera l’affaire, on roule à l’économique ces jours-ci..

On pose les bagages et je laisse papa en chambre, j’ai rendez-vous avec la fille du studio… Je me mets à marcher rapidement vers son quartier, et lui passe quand même un coup de fil pour être sur qu’elle m’ait pas oublié, on sait jamais avec les filles de Vancouver…

– « Hey, it’s Jerome, how are you doing? You know, the guy from Belgium for the studio! »
– « Sorry, I don’t think it’s gonna be possible! »
– « Oh! but… you should have said me this before, I’m in trouble now… »
– « Can I call you back in a few minutes? »
– « Sure »

Evidemment, elle ne rappellera jamais la pétasse. Pas moyen de faire confiance à quelqu’un ici, je lui avais bien dit que je le prenais son appart… Pfff, je sais plus quoi faire sur le coup, je marche le long du seawall, et arrive au terrain du festival de jazz, l’ambiance a l’air terrible, mais mon coeur n’y est pas. Les ennuis commencent.

Mon gsm sonne, numéro inconnu, je décroche, c’est Jordi, un pote de Liège. J’avais vu sur son statut Facebook qu’il parlait de Vancouver, et lui avait écrit un email pour lui proposer qu’on se voie s’il était tjrs dans les environs. Super bon, un liégeois dans la ville, et Jordi de surcroit! Il me propose de les rejoindre ce soir, sa copine, ses amis et lui, dans un bar du centre ville où on joue du jazz dans le cadre du festival. Le moral remonte en flèche.

Je repasse à l’hôtel, personne dans la chambre, un mot sur la table m’apprend qu’il est dans les 9 blocs (faim, soif, clopes). Je prends une douche, puis m’allonge en attendant son retour. Il revient 2h plus tard facile, avec des provisions pour la nuit (chips & sprite). Je lui apprends la mauvaise, puis la bonne nouvelle, et lui propose de m’accompagner ce soir, mais môooossieu n’a pas envie, mal aux pieds, trop marché, etc.

J’arrive au bar en nage, pas que ce soit méga loin, mais surtout parce qu’il fait à mourir de chaud dans cette ville. Le bar est en fait une sorte de resto chic, avec une partie bar. Jordi, Shari, Noah et Simona sont juste à l’entrée, assis autour d’une petite table ronde. Premier réflexe à la belge, je fais la bise à Jordi! Ca y est, maintenant, tout Vancouver va croire qu’il est gay!

On passe une toute bonne soirée tous les 4. Je suis content de voir le Jordi, enfin une tête connue dans cette ville immense, vraiment plaisir! Sa copine Shari (Boooh pour les intimes) est vraiment très sympa, elle est d’origine coréenne, arrivée ici il y a 5 ans, et tombée amoureuse de la ville (et du Jordi of course) où elle bosse comme instit primaire. Noah et Jordi, eux, sont doctorants en psycho à l’UBC, une des unifs les plus réputées mondialement en la matière. Simona, elle, est d’origine italienne, bosse comme masseuse (thérapeutique, je précise) à domicile, et a un peu les yeux qui brillent quand elle me regarde (mais ressemble à Justine Henin).

Bref, une toute bonne petite soirée calme, qui se finit, dure loi oblige, vers les 2h du mat…