Peachland – Kelowna (bateau)

Réveil vers 9h dans le camper, trop trop bien dormi, même pas entendu Ogar qui partait travailler. Je clique les sacs sur le vélo en 5 minutes, rien à replier aujourd’hui, le pied! Carla est déjà dans le jardin à travailler derrière l’écran de son portable. Je me demande quand même comment ils font : hier, ils étaient déchirés, et ce matin, Ogar a démarré a 6h, et elle, elle est fraîche comme une rose.

Soit, je la remercie pour tout et me dirige peinard vers le centre. Un passage chez mes amis pompiers m’apprend la bonne nouvelle du jour: la grand route est de nouveau ouverte au public, le feu est pratiquement maîtrisé. Par contre, ils me déconseillent quand même d’y aller à vélo, vu la fumée… Je me prends un café et réfléchis… Il reste Brian, je lui sonne et lui explique le problème. Il me dit de pas me tracasser, qu’il doit traverser en bateau quoiqu’il arrive, et qu’il sera ravi de me prendre à bord. J’ai qu’à le rejoindre quand je veux dans son chalet vert aux tuiles rouges, tout au bout de la ville, encore plus loin que le camping.

Une heure plus tard, après lui avoir filé un coup de main pour déraciner quelques arbustes dans son jardin, on transborde les sacoches et le vélo sur le speedboat et on démarre. Grand moment: le lac est calme, Brian navigue doucement et on discute peinard, vent et soleil en pleine face, perdus au milieu du lac. Je réalise que j’adorerais savoir naviguer. Pourquoi ne pas apprendre à Québec, hein Brian? Oui, mais tout sera gelé quand t’y seras… En tout cas une chose est sûre, mon prochain voyage, ce sera peut-être bien en bateau, voire en voilier.

Brian me raconte un peu sa vie: ça fait 20 ans qu’il bosse comme pompier, il a encore 2-3 ans à tirer, puis ce sera retraite et grands voyages! Il pense notamment traverser l’Angleterre à vélo, me dit-il… On passe au ralenti sous le grand pont de Kelowna, un pont semi-flottant, construit par l’équipe d’Ogar, mon ami allemand de la veille : les ballasts montent ou descendent selon les saisons, et la route s’adapte en étant plus ou moins pentue, impressionnant de génie humain!  Mais le pont est déjà derrière nous, et Brian amarre son bateau sur un petit dock, m’aide à décharger mon matériel, puis part manger un bout en ville avant de démarrer une nouvelle fois pour Windfield, une petite ville sur le lac un peu plus au Nord, où il habite.

Je fais pareil pour ce qui est de la bouffe. La ville est sympa, plutôt grande, avec de très belles plages, parcs, et filles en bikini. Je pédale d’un parc à l’autre, faisant une sieste dans un, buvant un coup dans un autre, et mattant les paires de fesses dans le dernier, avant d’aller voir du côté du camping…

Il n’est que 16h, j’hésite à bouger, pas trop envie en fait… Bon, je pourrais rouler jusque Vernon, à 50 km de là, mais les 3 jours à Peachland au bord du lac m’ont fait passer de « my wandering days » à « my lazy days ». Le camping est cher, 30$! Pas question de débourser tout ça pour taper ma tente sur de la boue séchée, j’aime encore mieux rouler de nuit!

Je démarre donc énervé sur la grand-route, avec dans l’idée de rouler jusque Vernon, ou du moins jusqu’au prochain camping. Mais à peine un kilomètre plus loin, une auberge de jeunesse accueuillante me barre littérairement la route: 19$ la nuit, free internet, et en plus je suis tout seul dans un dortoir de 8 personnes! Que demander de mieux? Une bonne douche, suivie d’une recharge des batteries qui commençaient à être à plat, un coupage des ongles, un ou deux brossages de dents, une lessive, une copie des photos en force, et enfin, un upload de quelques news, et me voilà prêt à aller dormir. Enfin, presque, pas avant d’avoir bu une bière avec Axel et Nicolas, deux historiens savoyards qui viennent de débarquer au Canada et qui sont plutôt sympas pour des français! 🙂

Je m’enferme ensuite dans mon dortoir désert, m’écoute la Brabançonne une fois ou deux, histoire d’avoir ma fête nationale, moi aussi, puis m’endors avec une petite pensée émue pour ceux qui sont en train de faire la fermeture du mardi de la fête à Devant-le-Pont…

5 réflexions au sujet de « Peachland – Kelowna (bateau) »

  1. Hello,

    Vraiment nice ton site, on se réjouis du lendemain pour pouvoir lire tes aventures… un peut comme dans 24h chrono lol.
    Bonne continuation man and take care.

  2. tu es bien courageux mais c est normal avec d aussi beaux paysages.TU ES TJS aussi communicatif ,je me demande de qui tu tiens cela.Ici on sait difficilement ecrire ce que l on veut car il y a 2 gros ours canadiens qui font leur commentaire .tu es tjs aussi rêveur,tu crois tjs aux bonnes résolutions.Tu ne m auras plus avec cela.A part cela on pense bien a toi ,bisous.
    Bonlou gg bonne continuation pour ton voyage en solitaire.

  3. Salut grand!
    J’ai eu une pensée pour toi en me promenant quai du halage le weekend dernier! C’est tjs aussi fantastique de te lire, je me réjouis que tu nous parles de l’homme 2.0, même si je sens que ça va me renvoyer à des questions métaphysiques personnelles qui m’empêcheront peut-être de dormir 🙂
    En tout cas, le Canada et les canadiens ont l’air de valoir la peine et tu sais débusquer chez eux la part de rêve et d’aventure qui manque cruellement dans la vie quotidienne.
    Bon courage pour les pentes à venir, j’espère que ta chambre à air a pu être remplacée…
    Biz
    Ju

  4. Mille merci pour tes récits extraordinaires!! A vrai dire, ils m’ont accompagné pendant mon dernier mois d’exam au HEC et m’ont permis de voyager tout en restant dans notre petite Belgique…finalement, l’aventure est au coin de ta prochaine news..Je suis vraiment impressionnée;) Au fait, je ne sais même pas si tu te souviens de moi avec toutes les nouvelles rencontres que tu fais ces derniers temps: une amie d’une amie d’Alan… On s’est croisé quelque fois pendant tes derniers jours en Belgique au hasard des rues du carré.

    Tu m’avais filé ton adresse de blog à condition que je laisse des commentaires. Voilà qui est fait même si c’est un peu tardif… Je t’avoue que je voulais absolument avoir fini de lire toutes tes news avant de poster quelque chose..Et ça m’a pris deux mois..;) Je me demande comment tu fais pour écrire plus vite que ce que je ne peux te lire…Quoi qu’il en soit, bon courage pour la suite et continue comme ça pour les news, c’est super. Peut-être que tu me décideras définitivement à prendre mon vélo à mon tour;)

    Marie Broi

Les commentaires sont fermés.