Revelstoke

Journée bizarre, je me sens comme lobotomisé, sûrement le surplus d’alcool d’hier qui me joue des tours… Pour finir, j’ai retrouvé Rachael hier soir, elle fumait des clopes dehors! Suis rentré chez elle, on s’est bu une dernière bière avec elle et son mec, puis eux ont sorti un matelas pour dormir sur la terrasse, et j’ai pris le grand canapé du salon.

Bien dormi, même si réveillé toutes les demi-heures par un qui rentrait, ou un autre qui prenait sa douche et un dernier qui déjeunait dans le canapé à côté, une véritable auberge espagnole. Rachael et Graham se lèvent, ils sont encore un peu saouls de la veille. On commence la journée par un grand verre de grenadine, histoire d’avoir des forces pour la route dixit Rachael. L’ambiance matinale est sympa, plein de gens tout autour, mais j’arrive pas à m’intégrer, je suis naze, pas moyen de saisir les conversations ni de rire à la fin des blagues.

Soit, j’abandonne, je remercie et je reprends mon bexon. La route est longue aujourd’hui il paraît! Je parviens pas à me décider, je traine dans les rues, prends un café ici et un wrap « feta-concombres-quinoa » là-bas. L’est déjà 11h, fait à mourir de chaud, vraiment aucune envie d’attaquer la montagne… Je finis par passer l’aprem sur un banc au bord de la rivière, parlant avec un passant puis l’autre, pendant que mes batteries rechargent sur une prise de courant extérieure près de la piscine.

Avec un groupe de jeunes qui voyagent en stop, on essaye d’entrer à l’expo de patchworks en stoum, mais pas moyen! Même en palabrant, les femmes sont pas sympas, c’est 5$ sinon on entre pas! On rigole un peu ensemble, puis ils décident d’aller faire un tour au marché fermier. J’ai pas envie de retourner dans la ville, je préfère me réfugier près de la bibliothèque dans un canapé et tenter d’avancer un peu sur mes news, ca fait bien 5 jours que j’ai plus écrit une ligne, va pas être évident…

La preuve, à peine l’ordi allumé, je tombe endormi dans le canapé… C’est le garde de sécurité qui me réveillera vers 19h, à la fermeture des portes. J’ai super bien dormi! Vraiment! Mais bon là, il est peut-être un peu tard pour démarrer! Dehors, il drache… Merde, j’oserai jamais retourner chez Rachael et les autres, va falloir que je campe quelque part, même sous la pluie.

Je repense à mon ami Brad et à sa proposition d’hier soir. Je crois que j’ai bien cerné le bonhomme, ça devrait pas trop le déranger que je débarque chez lui. Je roule jusqu’à son chalet, un grand bungalow, à quelques kilomètres, de l’autre côté de la ville.  Je toque à une porte, pas de réponse, il y a personne on dirait, j’essaye l’autre porte sur le côté.

– « Hey who’s there? I’m in my bath! »
– « Brad, it’s Jerome. Do you remember me?
– « Sure dude, you wanna stay here for the night? »
– « That would be great, ‘bro! »
– « No problem, put your tent where you want »

Brad doit se rendre à une soirée, mais il laisse la maison ouverte, que j’hésite pas si j’ai besoin de quoi que ce soit, it’s my house for the night. On se verra dmn matin pour le petit déj… Il a cessé de pleuvoir, je monte la tente, souffle un coup, salue ses colocs qui viennent de rentrer et m’endort quasi tout de suite, comme un gros bébé, du sommeil en retard faut croire.