Antler – Souris (100km)

Bâillements multiples mmmh j’ai bien dormi moi! Bon, la chambre etait un peu rustique et ça sentait un peu la merde de chien dans tout l’étage, mais au moins, j’étais à l’abri, et être à l’abri pour 10$ de nos jours, c’est plutôt pas mal…

Il est presque 11h, mais c’est pas grave, j’ai bien avancé sur les news hier soir. J’en ai préparé 4 et ça suffit à me mettre de toute bonne humeur. Je descends mes affaires, prépare le vélo et passe dire bonjour à Kim et son mari. La Salle (nom de l’hôtel) est déserte, ils comprennent pas, d’habitude à cette heure-ci, c’est déjà rempli de gens du Manitoba, pour lesquels il est déjà midi et pas 11h.

Il fait beau aujourd’hui, quelques gros nuages blancs, mais aussi et surtout du soleil, et puis… le vent souffle vers l’Est! Du coup, j’avance vite, et en 10 minutes à peine, je passe la frontière du Manitoba, pas de plaque de bienvenue, pas grand chose qui change, si ce n’est l’état de la route : la bande des pneus crevés disparait. Il va falloir redoubler de prudence, surtout avec ces sales camions, qui, quand ils arrivent de face, m’envoient un véritable mur de vent, de poussière et de gravillons en plein visage.

Je m’arrête vers 14h à Reston, le seul village entre Antler et mon objectif du jour, la ville de Souris. Le café est propret et le menu apétissant, je me prends un california wrap, une sorte d’énorme pita avec poulet et salade, un truc super sain, que je déguste en discutant avec un groupe de fermiers retraités du village qui viennent prendre leur petit muffin+café quotidien.

Souris est encore à 65km, mais je les ferai d’une traite, le vent aidant la plupart du temps, ne m’arrêtant de temps en temps que pour éviter un convoi exceptionnel ou photographier un champ de tournesols.

Quand, vers 19h, j’arrive dans la ville, je sais pas pourquoi, mais je me sens tout content : Winnipeg n’est plus qu’à 250km, l’objectif se rapproche à chaque coup de pédale.  La ville est calme et sympa, le camping aussi, et à peine la tente montée, je me fais inviter par Joan pour un burger dans sa caravane, elle est retraitée, habite dans un village pas loin et est venue passer la semaine ici à surveiller son petit fils qui passe son brevet de natation à la piscine du camping.

Je monte ma tente, puis me dirige vers les jocks armé de mon rasoir: j’en peux plus de cette moustache et de cette barbe, faut que je me rase si je veux avoir une chance de rencontrer autre chose que du 3×20 à longueur de journée… Je passe 1h devant le miroir pour obtenir un résultat plus que moyen! Bordel, quand je pense qu’il m’a fallu 25 ans pour apprendre à me coiffer plus ou moins, combien de temps il va me falloir pour parvenir à me raser correctement? La vie d’un homme est tout sauf simple, je commence à m’en rendre compte…

La journée a été calme et sans histoire aujourd’hui et j’ai bien envie d’un verre. Il n’y a rien dans la ville, sauf le bar désert d’un hôtel où je me pose pour boire une bière avant de rentrer à la tente dans le silence religieux de la ville endormie.

Une réflexion au sujet de « Antler – Souris (100km) »

  1. C’est un chouette parcours! les photos sont magnifiques. On a envie d’y être quand on voit ces paysages.
    J’ai rencontré ta petite amie ou ton ex samedi dernier et c’est elle qui m’en a dit un peu sur ton projet et elle m’a donné l’adresse de ton blog.
    Courage mec, profites-en & prends soin de toi.
    Take it easy 🙂
    Hammadi

Les commentaires sont fermés.